Afrik

CHRONIQUE JUSTRAPRNB : Les producteurs du rap Africain

prod

prod

Ce n’est un secret pour personne que le rap d’Afrique francophone peine à intéresser le grand public et à créer une véritable économie. Les raisons sont complexes mais on ne peut passer sous silence la responsabilité des producteurs ou beatmakers. Pour déterminer leur part dans ces difficultés, une analyse globale s’impose. Pour comprendre l’importance du producteur musical dans le rap il faut retourner à la naissance du hip hop. Un DJ américain, Kool Herc en l’occurrence, est le créateur du mouvement. La musique a donc préexisté à la tchatche des MCs. Au départ les DJ n’ont recouru à leurs services sur les breakbeats qu’ils créaient, que pour servir d’attraction et dynamiser les soirées hip hop qu’ils organisaient. Dans les jeunes années du rap les sobriquets des DJ figuraient dans les noms de groupes célèbres : Éric B And Rakim ou DJ Jazzy Jeff and The Fresh Prince par exemple. Ce n’est pas anodin que le nom du producteur musical soit cité en premier.

[jwplayer mediaid= »11571″]

Au sein de NWA, Eazy E, Ice Cube ont posé les fondations du Gangsta rap mais sans Dr Dre à la baguette, ce style n’aurait pas pu s’imposer comme un courant majeur. C’est encore ce dernier qui a orchestré la domination musicale de la West Coast pendant l’ère Death Row. De l’autre côté des USA, le Wu Tang doit son entrée dans l’histoire à l’identité musicale unique que lui a construit The RZA et qui permettait à ses rappeurs de briller de tout leur éclat.

L’omniprésence du label Bad Boy dans les charts à la fin des années 90 s’explique par la constitution par Puff Daddy d’une équipe de producteurs d’élite : les Hitmen.

Et les exemples de super producteurs foisonnent : Swiss Beatz, Timbaland, DJ Premier, Kanye West… La Trap music qui déferle sur le monde entier est avant tout une création des producteurs du sud des States.

Et la côte ouest doit son renouveau autant, sinon plus, à DJ Mustard qu’à l’émergence d’une génération de MC surdoués. Plus que jamais, disposer de beats qui tuent est une nécessité pour se faire sa place dans le game.

La longue carrière de Jay Z est basée sur l’intelligence qu’il a de savoir collaborer à chaque album avec les producteurs les plus hot.

Bien évidemment on n’attend pas de chaque beatmaker qu’il lance la nouvelle tendance qui va marquer durablement le rap. Sans être révolutionnaire il faut tout de même qu’il apporte sa touche, qu’il recherche et développe un univers unique dans lequel les rappeurs avec qui il collabore peuvent évoluer de façon cohérente. Le cas d’école actuel est le tandem gagnant que forment Drake et Noah ’40’ Shebib, le producteur qui l’accompagne depuis ses débuts. Ce dernier a une griffe reconnaissable entre mille qui est devenue très influente. Zoomons maintenant sur l’Afrique francophone.

Des groupes à l’identité musicale singulière jalonnent l’histoire du rap sur le continent : Ainsi MovaizHaleine se distingue par l’omniprésence de la harpe traditionnelle du Gabon dans ses instrumentaux.

LIRE LA SUITE http://fr.justraprnb.com/les-producteurs-du-rap-africain/

Shares:
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *