NewsInterview

[ITW] – J.BIL : Je pense que pour la première fois de ma carrière, j’ai vraiment créé un univers musical qui m’est propre.

jbil

jbil_

J.Bil est un jeune rappeur bruxellois d’origine congolaise, né en 1991 et c’est En 2009 il sort son premier clip intitulé «Électrolise ».. Ce 30 Juin, il sortira son 3éme projet intitulé « Mauvais Elève ». Plus de précision. Nous vous invitons à lire notre interview réalisé avec le mauvais élève du Rap Game Belge..

T2K : Première question, la plus évidente, peux tu te présenter auprès de nos internautes ?

J.BIL :   Bonjour, je suis José Bambi plus connu sous le nom de J.Bil. Je suis un étudiant, passionné de musique qui aime le sport.

T2K :  Qu’en est-il du Collectif  » Hype Swag « ? 

J.BIL :   Le collectif Hypeswag a été une superbe expérience dont j’ai tiré beaucoup de leçons. Mais à l’heure d’aujourd’hui je me concentre plus sur mon label « Become The Hype ».

T2K :  Quelles sont vos relations avec les autres membres du groupe Panik, tyro, et cie ? 

J.BIL :   On n’est plus trop en contact mais cool chacun a un peu pris son chemin.

T2K :   J.Bil en première partie de Gandhi à l’Ancienne Belgique, un parrainage avorté… On retrouve J. BIL aux côtés de Badi… On sait tous qu’à l’ancienne Badi & Gandhi, c’était pas le grand amour. Expliques nous pourquoi ce changement?

Jbil,badi

J.BIL :   Je ne sais pas si un parrainage a vraiment eut lieu entre moi et Gandhi. On a juste fait la première partie de son concert sans plus. Pour le reste, je n’étais pas au courant des relations entre les deux artistes, je bosse avec Badi parce qu’on se rejoint sur de nombreux points. Ce qui a pu se passé entre eux ne me concerne pas et ne m’intéresse pas.

T2K :   Comment fais-tu pour combiner des études et la musique ? 

J.BIL :   Bonne question (rires). Je ne dors pas beaucoup, je n’ai pas beaucoup de temps pour moi. Je me concentre que sur mes objectifs académiques et artistiques, tout le reste passe au second plan.

Jbill
T2K :   Qu’en est-il de ta marque d’habillement ? Pourquoi tu ne la commercialises pas aux Pays ? ‎

J.BIL :   La marque de vêtements est en plein développement pour l’instant. On a des très bons retours là dessus d’ailleurs. J’attends de finir quelques modèles et de la commercialiser ici. Le pays est la prochaine étape ce n’est qu’une question de temps (rires).
j.bil1

T2K :    À quand un titre de J. Bil dénonçant les atrocités que L’est du Congo vit ? Le phénomène sociale Kuluna ? Shegué ?

J.BIL :   Je suis vraiment outré par ce qu’il se passe dans l’Est du Congo et dans le reste de l’Afrique. J’essaie de faire le maximum pour participer modestement à l’aide envers les victimes. Je ne pense pas qu’il faut que je fasse spécialement un morceau pour dénoncer quoi que ce soit . Il existe d’autres moyens de le faire et c’est ce que je compte faire.

T2K :  Ce 30 Juin tu sors un nouveau projet intitulé « Mauvais Élève », peux tu nous parler du tournant musical pris dans ce projet ?

image1 (1)

J.BIL :   Je pense que pour la première fois de ma carrière, j’ai vraiment créé un univers musical qui m’est propre. J’ai pris beaucoup de risques mais je pense qu’ils seront payants. J’ai essayé d’être le plus honnête et sincère possible.

T2K :    Mauvais Élève, car t’as beaucoup été influencé par Booba comme les autres gars de ta génération ? Et que son track  » Mauvais Élève  » a changé ta perception de voir la musique ou bien ?

Jbil
J.BIL :   Non vraiment rien à voir avec Booba. C’était vraiment par rapport à ma vie et ma vision du Hip-Hop aujourd’hui. J’ai l’impression d’être le mauvais élève de la classe du hip-hop actuelle par ce que ma musique est assez atypique. Le vilain petit canard quoi (rires).

T2K :    Récemment, tu as organisé  récemment des sessions d’écoutes de ton projet notamment a ton Université  (Saint Louis) , As-tu des retours de ces sessions et en particulier, celle avec Lokua Kanza ?

J.bil univ

J.BIL :   À l’Université, les retours ont été agréablement positifs. Je m’y attendais vraiment pas surtout venants d’autres confrères, c’était assez spécial. Faire écouter des morceaux sur la vie d’étudiants  à des étudiants (rires). Avec Lokua c’était plus intime dans un café à Paris. Il a écouté et apprécié globalement le projet et m’a dit que je devais plus chanter (rires).

T2K :    Avec mauvais élève,  Comment te définis-tu en tant qu’artiste ?

J.BIL :   Je pense que c’est un projet assez original dans son ensemble. Et c’est le terme qui me correspond plus en tant qu’artiste. On peut aussi dire créatif pour être plus complet.

T2K :    Que penses-tu de l’Afro Trap? Ne crois pas tu que c’est le courant que la nouvelle génération devrait pratiqué ?

J.BIL :   C’est un courant que je trouve assez intéressant mais le problème c’est qu’il ne faut pas tomber dans la tendance mais s’en inspiré pour créer sa propre tendance ( Become The Hype). L’avantage, c’est qu’en tant qu’africain on a tous des bases afro.


T2K :   Qu’est ce qui est prévu après la sortie du projet ?

J.BIL :   C’est de le défendre dans un premier temps. Mais très vite après, il y a un projet du label qui devrait s’enchainer avec les différents artistes qui s’y produisent.

T2K :     Que penses-tu du Rap congolais ? ‎
Celui fait par des congolais de la diaspora et celui fait par les congolais vivant aux pays ?

J.BIL :  Malheureusement je ne m’y connais pas trop en rap congolais  en provenance du pays mais j’ai entendu quelques morceaux assez bons. Je pense qu’on devrait plus collaborer les uns avec les autres au final ça ne peut qu’être une force.  Le rap des congolais issu de la diaspora comme moi permet de représenter notre culture et notre musique à travers le monde entier et c’est une bonne chose. Maintenant il ne faut pas oublier de se développer au Congo lui même d’où l’importance des connexions avec les rappeurs locaux. 

T2K : Un mot pour la fin …

J.BIL : Merci Talent2Kin pour l’intérêt que vous portez à mes projets et de me donner de la considération venant du pays ca représente beaucoup pour moi. Je vous encourage à continuer cette démarche de permettre à des artistes congolais d’avoir un peu plus d’exposition, on en a besoin, la musique congolaise en a besoin.

Merci J.BIL

Shares:
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *