Newspeople

Procès Koffi Olomide à Paris : Didi stone sort de son silence et recadre certains fans sur Instagram

Didistone

Koffi Olomide, auteur-compositeur et chanteur congolais à la renommée internationale est jugé devant la cour d’appel de Versaille à Paris pour agressions sexuelles et séquestration de quatre de ses anciennes danseuses lors de tournées en France.

Cependant, 8 ans de prison ont été requis contre la légende de la rumba congolaise.
Qu’à cela ne tienne, Didi Stone Olomidé, la fille qui fascine le monde de la mode a essayé d’éclairer l’opinion notamment ses followers sur Instagram.

Si pour les uns la réaction de la nouvelle égérie de Jean-Paul Gaultier est trop sanglante, les autres par contre l’appuie pour sa position catégorique.

Répondant à un de ses fans qui voulait certes à avoir l’avis de Stone sur le procès Koffi Olomide, la fashionistar congolais indignée sur cette question ne tire pas à blanc et le recadrage n’a pas tardé :

 » […] Vas poser ta question au concerné. Je ne vais pas passer ma vie à me manger des balles perdues sur un sujet qui ne me concerne même pas et payer les erreurs commises par quelqu’un d’autre sous prétexte que c’est mon parent. J’ai ma propre vie » a lâché sur Instagram l’ambassadrice de L’Oréal.

A en croire Didi stone, je ne vais pas,dit -elle, me rendre malade pour ça et vous satisfaire en vous donnant mes positions et en vous disant ce qui se passe ou ce que je pense.

Par contre, la mannequin ne veut pas étaler ses prises de positions soit son avis sur la place publique juste pour faire plaisir aux gens.

« Je n’ai pas que ça à faire. Koffi Olomide c’est koffi Olomide, Didi-Stone c’est Didi-Stone ce n’est pas parce qu’il a cassé un Verre que moi je suis obligée de le payer. merci » a-t-elle conclu.

A 65 ans, Dobolo King (double King pour Les autres) s’est expliqué pour la première en public sur les charges qui pèsent contre lui, alors qu’il n’avait pas assisté à son premier procès en 2019. A la barre, l’interprète de « fouta djalon » a balayé l’accusation de séquestration, assurant qu’elles « allaient sur les Champs-Elysées » et que parfois « elles demandaient qu’on les accompagne », alors qu’elles ont affirmé à l’instruction qu’elles étaient escortées contre leur gré.

✍️ Pop KIDIMBU

Shares:
(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *