Il l’a annoncé à travers la chanson « Zaïrois » un single extrait du projet Neptune terminus origines qui est déjà disponible sur les plateformes de téléchargement et streaming.

Le départ de Youssoupha de Bomaye Musik d’une manière énigmatique continue de susciter des doutes dans les chefs de fans, sachant la manie des mots que le lyriciste bantu observe.

Malgré qu’il est associé à ce label (Bomaye) qui a éclos des talents tels que Keblack, Naza ou Hiro le coq, Youssoupha veut exploiter d’autres horizons et il a besoin d’un truc à lui qui marchera selon ses orientations propres.

« On est trois associés (Bomaye Musik), moi, Lassana et Philo, le boss. Philo, c’est mon grand frère depuis mes 17 ans, quand j’étais encore au lycée. On est toujours au top de l’entente, mais depuis que je suis à Abidjan, lui est entre Kinshasa et Paris, on n’a plus la même dynamique sur les idées. Et moi, dans ma tête, je me détache de la manière de faire parisienne qu’on avait. J’ai monté une nouvelle structure à Abidjan, WeThe99, qui a plus l’ADN d’un artiste. J’ai envie d’aller voir des projets africains qui partent de la Côte d’Ivoire, de la sous-région francophone, même du Congo. Bomayé continue. On a une histoire commune, des artistes communs. Mais moi, Youssoupha, j’écris une nouvelle histoire. » a indiqué Youss.

Cependant, le souci majeur de prim’s est de fleurter avec d’autres talents de la sous région francophone, aussi d’avoir une structure qui calibre avec sa manière de faire :

« Je restructure la famille d’une façon différente. Je ne vais pas mentir, ça me coûte. On reste liés, mais j’ai besoin d’un truc à moi. » a ajouté prim’s.

✍🏿 Pop KIDIMBU

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});
Shares:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *